Archives de catégorie : Information

Enquete sur le velo à aubagne et ailleurs

Désappointé qu’il n’y ait toujours pas d’aménagement cyclable à Aubagne !!
Nous avons besoin de vos ressentis pour faire remonter l’info.
La FUB met à disposition un court QUESTIONNAIRE QUI CIBLE LA COMMUNE OÙ VOUS ROULEZ LE PLUS SOUVENT et vous donne l’opportunité de vous exprimer à ce sujet (qualité du réseau cyclable, confort de la
conduite à vélo…).Pour que les résultats soient publiés, il faut au minimum 50 réponses par commune.
Plus il y aura de participant (sur Aubagne pour parler de la ville qui nous intéresse), plus l’enquête aura de poids.

=> si vous avez envie de vous exprimer, n’hésitez pas à donner votre avis :
https://www.parlons-velo.fr/barometre-cyclabilite [1]

Links:
——
[1] https://www.parlons-velo.fr/barometre-cyclabilite

Manifeste des sans-voie « irresponsables »

Manifeste à l’initiative de vélorution.org

Des centaines de milliers de cyclistes roulent au quotidien dans les rues des villes de France. Elles et ils le font dans des conditions dangereuses parce que, avec le soutien des pouvoirs publics et au mépris des usagėr·e·s de la voirie les plus vulnérables, les véhicules motorisés se sont accaparé l’espace public (Pourtant, plus il y a de cyclistes dans une ville, plus cette ville est agréable pour toutes et tous).

Alors oui, pour essayer de devancer la meute motorisée (son bruit, ses gaz mortels…), il arrive aux cyclistes de passer au rouge.
Et oui, il leur arrive aussi de prendre un sens interdit, parce qu’il est moins dangereux de croiser un scooter, une moto ou une voiture que de se faire doubler par eux.
Et oui encore, elles et ils roulent parfois sur les trottoirs pour fuir le tohu-bohu et la pollution.

  • Je déclare être l’un·e de ces cyclistes : illégal·le mais légitime.
  • Je déclare avoir brûlé un feu, avoir pris un sens interdit, avoir roulé au pas sur un trottoir pour échapper à l’asphyxie.
  • Je déclare que, pour ma sécurité et en toute sécurité, je continuerai à le faire, dans le respect absolu des piétons et sans gêner les autres usagers, tant que n’aura pas été complètement mis en place le code de la rue que nous réclamons.
  • Je déclare également rejeter la contrainte d’avoir à me protéger moi-même de la violence motorisée par un casque ou un gilet fluo, et d’accréditer ainsi l’idée que se déplacer à vélo est dangereux en soi.
  • Je comprends que ma pratique cycliste puisse déplaire, mais je refuse de suivre à la lettre un code de la route qui n’a été conçu que pour faciliter la prolifération des véhicules motorisés.

J’invite tou·te·s les usagėr·e·s à débattre sereinement des règles d’un espace public réinventé, apaisé et libéré de l’emprise mortifère de la puissance, de la vitesse et de la pollution. En attendant, j’estime que la responsabilité de la violence routière et des mort·e·s par la pollution doit être imputée aux véhicules motorisés et non aux victimes. Les scooters, motos et voitures sont indésirables en ville car ce sont eux la source de tous les dangers. Leur disparition est souhaitable en même temps que toute la signalisation et les règles qui ont été conçues pour eux et à cause d’eux mais qui sont inutiles aux autres modes de déplacement. Pour commencer, les pouvoirs publics doivent abaisser partout les seuils de vitesse maximale, agir pour rendre la ville respirable et mettre fin à la fausse concurrence entre le vélo, la marche à pied et les autres modes de déplacements actifs.

J’appelle tou·te·s les cyclistes à signer ce manifeste et à rejoindre la vélorution. C’est tou·te·s ensemble que nous réinventerons nos villes et reprendrons en main notre avenir !

Je signe.